CESAIRE, TOUJOURS SUBVERSIF...

CESAIRE, TOUJOURS SUBVERSIF

 

Pour bien mesurer l'actualité du message d'Aimé Césaire, pour en apprécier le côté encore subversif, il faut le confronter au réel d'aujourd'hui, aux pratiques concrètes, y compris de certains de ses adulateurs d'aujourd'hui.

 

"L'heure de nous-mêmes a sonné"

 

Cette formule éclatante, presque passée dans le langage courant de la politique martiniquaise, résume toute une orientation.

Elle est au fond la traduction poétique de notre droit à l'autodétermination, un appel à la conquête de l'initiative historique.

Le jour où cela deviendra une règle de conduite quotidienne, alors nous aurons fait un pas capital vers la vraie démocratie. Nous n'y sommes pas encore. Au lieu de multiplier les exemples, nous en choisissons un seul. Il est d'autant plus significatif qu'il ne cherche pas à prendre à défaut l'ensemble du peuple, mais bien à appeler à un minimum de cohérence des   militant(e)s  qui se donnent une mission d'éduquer, d'entraîner, d'organiser les masses populaires. Notre exemple concerne la question de ce qu'on pourrait appeler - pour aller vite - la décolonisation syndicale.

Si on croit sincèrement que "l'heure de nous-mêmes a sonné", la moindre des choses, c'est de construire des instruments de lutte qui nous soient propres, qui n'obéissent qu'à nous-mêmes, qui marchent au pas de nous-mêmes, qui répondent à nos propres noms de baptême.

On a beau prendre le problème par le bout que l'on veut, le cri de Césaire il y a plus de soixante ans, est une condamnation concrète du refus obstiné de certains chefs syndicaux, parfois césairistes officiels, voire même patriotes patentés, de transformer en syndicats martiniquais, les appendices martiniquais des syndicats français. Nous visons ici très concrètement les responsables "locaux" de la CFDT, de l'UNSA, de la FSU, du SNJ, etc..

Nous leur disons très franchement : séchez vos larmes sur notre grand disparu, et obéissez rien qu'un peu à son exhortation à nous prendre en main !

 Dites aux démocrates français qui -eux aussi  se répandent en  louanges posthumes, que si la coopération est légitime et nécessaire entre syndicats des deux côtés de l'océan, cette coopération suppose l'égalité entre partenaires ayant chacun leurs propres structures indépendantes.

Aimé Césaire a démissionné du PCF puis a créé un parti martiniquais. Cela s'est fait dans des cris et déchirements.  Aujourd'hui il devrait être bien plus facile de transformer en syndicats martiniquais, les appendices martiniquais des syndicats français.

 En le faisant, les retardataires de la décolonisation syndicale n'auront guère que…52 ans de retard sur Aimé Césaire ! Qu'attendent ils donc ?

 

 

La dénonciation du stalinisme

 

Il fallait à Aimé Césaire le même courage intellectuel pour dénoncer le stalinisme à une époque où celui-ci avait encore toutes ses dents, appuyées sur l'appareil d'Etat de la deuxième puissance mondiale de l'époque et sur des partis encore puissants comme le PCF.

Plus de 50 ans après, à une époque où le stalinisme n'est plus que l'ombre de lui-même, bien des militants sont encore incapables d'opérer un retour critique sur leur propre passé idéologique, incapables de reconnaître la hideur des crimes staliniens, incapables de faire un sort à leur cécité d'antan.

On a même entendu une dirigeante, protester contre l'expression "nègre fondamental" accolée au nom de Césaire, mais se montrer incapable de s'indigner de l'expression "petit père des peuples" donnée à son idole de Staline ou encore de celle "lider maximo" employée pour Fidel Castro. On voit par là combien, dans sa dénonciation du stalinisme, Aimé Césaire reste en avance sur certains.

 

La nécessaire solidarité mondiale des opprimés

 

Dès le "Cahier d'un retour au pays natal", écrit quand il avait 24 ans, Aimé Césaire avait défini l'horizon. Il parlait "pour la faim universelle, pour la soif universelle". S'il se voulait "bêcheur de cette unique race", il s'identifiait à tous les opprimés de notre planète.

 La générosité de cette pensée universelle ou internationaliste  - comme on voudra - ne  s'est jamais démentie. Comme pour Frantz Fanon, cet aspect du message césairien est traditionnellement sous-estimé par certains thuriféraires.

Ce souffle puissant dérange. Il dérange aussi bien les tenants du faux universalisme, cet habillage sophistiqué de la pensée occidentale dominante, que les partisans du nationalisme étriqué.

Il est aujourd'hui palpable que la voie de l'humanisme radicalement anticolonialiste et anti-impérialiste d'Aimé Césaire est la seule juste dans une planète en proie à l'écrasement du capital cosmopolite et aux médiocres replis identitaires.  

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Commentaires (4)

1. wkbp (site web) 25/04/2012

wkbp,

2. totaphypoca (site web) 22/10/2012

ipcy <a href=http://poloralphxlaurenmagasinns.webnode.fr/>polo ralph lauren pas cher</a> adenx <a href=http://doudounesmclersdesoldes.webnode.fr/>doudoune moncler</a> xfohid http://doudounesmclersdesoldes.webnode.fr/ s w a sn

3. Phedsnins (site web) 06/11/2012

ctfok yaewc ugmwr <a href="http://www.framabercromfitchmagsinn.info/">abercrombie france</a> ngzlgk CESAIRE, TOUJOURS SUBVERSIF... - REVOLUTION SOCIALISTE ANTILLES wnfbjfp <a href="http://www.achatxsaclongchamppascher.info/">http://www.achatxsaclongchamppascher.info/</a> kqzaanf evoqk

4. guinkiquize (site web) 07/11/2012

kjcljb tssduf <a href="http://www.frmdoudounesmagasinn.info/#0070">moncler pas cher</a> ennsrztr <a href="http://www.itzpiuminimoncleroutlet.info/">piumini moncler</a> ebatuud gaxaiwi tuxjz CESAIRE, TOUJOURS SUBVERSIF... - REVOLUTION SOCIALISTE ANTILLES ufbqpru

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau