PETITE SYNTHESE DE NOS PROPOSITIONS

PETITE SYNTHESE DE NOS PROPOSITIONS.


L'une des tares majeures de la procédure du CONGRES comme source unique du projet institutionnel, c'est d'exclure a priori tous les courants populaires non représentés au Congrès. L'Assemblée constituante (voir RS précédent) permettrait de scorrigercette insuffisance démocratique.
Depuis le début des années 90, nous avons publié plusieurs contributions au débat que les forces dominantes du monde économique, politique, médiatique ne veulent pas entendre. La raison de ce boycott est simple : tout ce qui remet en cause l'ordre social actuel doit être mis sous l'éteignoir !
Rappelons donc ces documents que l'establishment ne saurait voir : Avril 91 : " la question du statut : notre proposition ". 1997 " lettre ouverte aux militants/es et au peuple ". Avril 2000 "  la question du statut. Quels changements ? Quel projet collectif " 2002 " lettre ouverte à la commission ad hoc du Congrès ". Certains de ces documents sont encore disponibles auprès de nos camarades, même si le nombre d'exemplaires est limité.
Tentons de les résumer.

1-POUR LA
DEMOCRATIE.
Assemblée constituante. Proportionnelle intégrale à un seul tour sans barre d'exclusion (voir articles)
Révocabilité des élu-e-s de l'Assemblée délibérante.
Cette révocabilité est un moyen important de soumettre les élu-e-s au contrôle du peuple. C'est une des conditions de la " démocratie participative ". Elle est facile à organiser techniquement. Elle existe et fonctionne dans certains pays (Venezuela,…). La bourgeoisie sait l'utiliser dans les conseils d'Administration des entreprises. Si i bon pou lé gro, i bon pou lé piti !
Interdiction du cumul des mandats de membre de l'Assemblée avec aucun autre.

2-POUR L'EGALITE HOMMES/FEMMES
Extension de la parité à l'exécutif de la collectivité nouvelle et aux grandes commissions.

3- POUR UN RENFORCEMENT DU POIDS POLITIQUE DES TRAVAILLEURS.
 Tant que la société sera divisée en classes antagonistes, il est légitime de réclamer des mesures institutionnelles pour réduire l'inégalité et les pressions qui s'exercent sur le monde du travail.
Les textes du GRS ont proposé successivement deux procédures. Il conviendra de choisir entre l'une et l'autre.

a) élection d'un quart de l'Assemblée délibérante par un collège de salariés (en activité ou sans emploi) présenté soit par une organisation syndicale représentative (ou plusieurs associées) soit par un minimum de 500 personnes dûment identifiées comme appartenant au collège salarié.
Les ¾ des élus restants seraient élus par le collège général comprenant l'ensemble des électeurs et électrices (texte de 1999)

b) élection d'une assemblée de contrôle ouvrier par l'ensemble des salariés du privé et du public en activité ou sans emploi.
Cette assemblée, démocratiquement élue sur une base proportionnelle, serait dotée d'un droit de veto suspensif.
L'application du veto imposerait un nouvel examen des mesures contestées. Des lors l'Assemblée ne pourrait lever ce veto qu'à une majorité qualifiée (des ¾ par exemple) texte de 2000.

4) POUR DES POUVOIRS SUFFISANTS
 PERMETTANT
D'ATTAQUER LES
 PROBLEMES.
Répétons que tout statut transitoire suppose un partage des pouvoirs avec l'Etat central. Mais en deçà d'un minimum de pouvoirs, un compromis se transforme en compromission.
Voici un extrait  de notre brochure d'une 2000.
" La collectivité martiniquaise qu'il s'agit d'arracher doit pouvoir en toute souveraineté :- Contrôler l'Ecole, son statut, ses programmes et l'ensemble de la formation.
- Décider du régime de la propriété des biens économiques ; sans la maîtrise d'un certain nombre de moyens de production, le bavardage sur les " plans " de développement économique restera un catalogue de vœux pieux.
- Prendre des mesures concrètes en matière de protection du patrimoine et de défense de l'environnement.
- Légiférer pour accroître les droits démocratiques des travailleurs et de la population en général, condition d'une lutte réelle contre l'inégalité et l'injustice.
- Adopter des dispositions précises sur le plan des droits politiques et sociaux allant dans le sens de la démocratie participative.
- Agir pour l'émancipation culturelle qui ne saurait se réduire à la simple liberté de diffusion du folklore " local "
- Faciliter l'intégration du pays dans son environnement caribéen.
Ces pouvoirs permettront de mettre en chantier une réforme agraire moderne et juste, d'orienter le commerce extérieur, de créer une Banque Publique martiniquaise du développement, des ateliers industriels publics ou semi-publics, de refondre en profondeur le système éducatif, d'imposer une transparence économique (sur les circuits financiers, sur les comptes des entreprises), d'interdire les licenciements collectifs, de reclasser effectivement les salariés, de partager le travail entre toutes les mains de travailleurs/euses ;sans cet ensemble de mesures  on ne peut éradiquer le chômage, construire un développement au profit du plus grand nombre, réduire les inégalités et finalement créer les conditions de la démocratie.
Enfin notons une autre différence avec les propositions majoritaires d'aujourd'hui. Marie-jeanne Alfred a présenté les pouvoirs régaliens de l'Etat comme intouchables. Cela n'est pas sans poser problème.
Prenons le simple exemple de la justice ou de la police. Difficile d'ignorer le problème.
Nous préférons de loin le principe proposé par l'article 15 de notre proposition de statut de 1991 :
" ARTICLE15
L'Etat français conserve les attributions non transférées à la collectivité nouvelle. Ceci concerne la défense, les affaires extérieures, la monnaie, la justice, la nationalité et l'organisation de l'état civil. Dans ces domaines, le principe de la concertation et de la politique contractuelle sera appliqué suivant des modalités à déterminer. L'Etat français dispose d'un représentant sur place, chargé des intérêts nationaux français et de la liaison avec la collectivité nouvelle de Martinique. "
Chacun voit donc qu'il y a matière à débat.
Encore faut-il que certains ne fuient pas la confrontation des idées, des propositions, des programmes. Confrontation qui vaudrait infiniment mieux que la lutte des egos et des ambitions personnelles trop souvent observée !!!

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. Priescacyawar (site web) 07/09/2012

aufrikv <a href=http://sacslongchamponline.webnode.fr/>longchamp</a> vvivhs <a href=http://sacslongchamponline.webnode.fr/>sac longchamp</a> vvdvio http://sacslongchamponline.webnode.fr/

2. Yanick Toutain 29/05/2017

il faut quitter la démocratie
Former des groupes de 25 avec un délégué révocable
#1pour25
Le délégué est révoqué s'il n'a plus son quota
Pour les institutions reprendre celles de la révolution Sankara de 1983

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau