LE NEO-AUTONOMISME ET NOUS

  Lors de notre réunion publique du 21 janvier où 80 personnes ont longuement discuté du problème du statut des colonies, la notion de « néo-autonomisme » a été lancée pour caractériser la politique actuelle de la majorité des courants indépendantistes. On ne peut éclairer ce concept - si c'en est un ! - qu'en le comparant à l'autonomisme historique tel qu'il fut prôné par le PCM et le PPM il y a trois ou quatre décades. Comment nous définissons-nous dans cette nouvelle conjoncture ? Voici la première partie de notre réponse.

  Le néo-autonomisme du MIM et des organisations qu'il entraîne dans son sillage ne dit pas vraiment son nom. Le mot autonomie est remplacé par un chiffre quasi magique : le 74 !

On dit même : il faut « faire entrer la Martinique dans le 74 ».

Rendez-vous compte ! Faire entrer la Martinique dans un article de la constitution française ! Un article dont on affirme, aux risques et périls de ceux qui l'affirment, qu'il permettra de conduire à l'autonomie désirée.

Ceci nous conduit d'emblée dans une première caractéristique du néo-autonomisme. Il est très juridiste et consensuel. Il faut entrer dans le cadre de la constitution française, même si le dit article 74 est alambiqué, tortueux et confus à souhait. Si nous voulions jouer aux juristes à notre tour, nous aurions martelé que depuis 1982 (oui 1982 !), nous signalons la présence d'un article 72 qu'Emmanuelli et le PS avaient refusé d'utiliser « pour ne pas effrayer la droite ». Cet article après énumération des collectivités existantes, ajoutait « toute autre collectivité est créée par la loi ». Il suffirait donc d'une loi pour faire naître la collectivité selon nos vœux !

Mais les néo-autonomistes préfèrent le 74 car c'est une œuvre girardo-chiraquienne, et donc plus consensuelle. Il faut demander ce que le pouvoir ne peut qu'accepter sans peine. On va même au devant de ses éventuelles réticences (réelles ou supposées) en calquant le mode de scrutin proposé sur ce qui existe déjà même si c'est plus anti-démocratique.

Pourquoi une humilité consensuelle aussi poussée ? Cette frilosité s'explique par la deuxième caractéristique du néo-autonomisme : le refus de faire appel à la mobilisation populaire. Pourtant, il faudrait une mobilisation de masse pour passer tous les garde-fous mis par le 74 lui même pour arriver à une autonomie un tant soit peu conséquente !

Pourquoi une telle réticence à en appeler réellement au peuple ? Parce que – troisième caractéristique du néo-autonomisme – son contenu social est à la portion congrue. Or si les masses populaires ne voient pas concrètement quelle transformation sociale réelle elles peuvent attendre d'un nouveau statut, elles risquent fort de s'en tenir au statu-quo ! Si la nouvelle autonomie ne contient aucun progrès de la démocratie (révocabilité des élus, non cumul de mandats), aucun renforcement du poids des travailleurs (assemblée de contrôle ouvrier et populaire avec droit de veto suspensif…), les travailleurs et la population risquent fort de n'y voir qu'un débat compliqué pour juristes et politiciens, ce qui évidemment fait les délices du colonialisme et de ses laquais.

Surtout que le néo-autonomisme – et c'est ça sa quatrième caractéristique – ne fournit aucune espérance quant au maintien des transferts sociaux de la métropole vers la colonie. D'où pourrait donc venir cette espérance ? Uniquement d'un appel ouvert, non à Chirac ou Sarkozy, mais aux Travailleurs français, seuls susceptibles d'entendre un langage anti-colonialiste orienté contre la même bourgeoisie qui les exploite, la bourgeoisie française.

Le néo-autonomisme compte sur la sagesse du colonialisme, et non sur le rapport de forces qu'il faut établir avec l'aide des progressistes de la métropole colonisatrice.

En bref, et c'est là que réside le fond même du néo-autonomisme, il ne pose pas les problèmes en termes de classe sociale et de lutte de classes, mais en termes de juridisme, de manœuvres de couloir, de compréhension du pouvoir, quand ce n'est pas beaucoup plus trivialement pour certains, en termes de petits avantages pour une petite minorité.

Il est clair que ceci constitue un curieux recul par rapport à l' «autonomisme historique» dont l'apogée est représentée par la Convention du Morne Rouge…d'août 1971 !

Cette convention réclamait (voir dossier publié par «RS» à l'occasion de son 30ème anniversaire en 2001) :

1.    Une assemblée constituante élue à la proportionnelle intégrale pour rédiger un statut à soumettre à referendum. Le néo-autonomisme est loin de cette procédure démocratique.

2.    Le droit de statuer «sur le régime de propriété des biens de production» dans la perspective expressément indiquée de la réforme agraire et de la propriété collective des moyens de production. Du vrai gauchisme sans doute, pour les néo-autonomistes. La justice et la police étaient réclamées comme pouvoir autonome.

3.    Le maintien de «l'aide globalisée à son niveau actuel» au titre de la réparation de l'héritage de l'histoire coloniale. Un organisme de coopération avec la France était proposé pour étudier les problèmes ultérieurs.

4.    Pour faire aboutir ces revendications, la Convention lançait un «appel au peuple», à la coordination des forces des quatre «DOM», à la solidarité des travailleurs et démocrates français. Ces appels étaient rendus crédibles par la participation des forces principales du mouvement syndical, par les liens des partis concernés avec la gauche française.

Voyant le jour quelques mois après cette convention, le GRS lui fit la critique essentielle qu'un tel programme supposait un autre mot d'ordre et une stratégie de lutte plus radicale. Aujourd'hui encore, cette remarque reste valable. Mais entre l'utopie de l'autonomisme historique et l' «utopie» du néo-autonomisme, il n'y a pas beaucoup à hésiter. Sauf que nous ne sommes condamnés ni à l'une ni à l'autre. Cela suppose une démarche de transition que nous développerons dans notre prochain numéro.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. FuenToumn (site web) 22/10/2012

lzeb <a href=http://abrcromsxfithmagasinns.webnode.fr/>abercrombie</a> aybcb <a href=http://poloralphxlaurenmagasinns.webnode.fr/>polo ralph lauren</a> cgyma http://poloralphxlaurenmagasinns.webnode.fr/ i c h eu

2. fackaffomehah (site web) 06/11/2012

pweml damuf yykxx <a href="http://www.frczmonclairsmagasinn.info/">doudoune moncler pas cher</a> ijpsns - REVOLUTION SOCIALISTE ANTILLES cpgqdes <a href="http://www.framabercromfitchmagsinn.info/">abercrombie</a> dpkubvd xizlt

3. Crorseweifs (site web) 07/11/2012

dojac cngso moujj <a href="http://www.frzasacvuittonpascher.info/">sac louis vuitton</a> odwtnk - REVOLUTION SOCIALISTE ANTILLES nhgemtz <a href="http://www.fricchaussuresjordnnpascher.info/">air jordan</a> aeeceah gaacm

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau