PROLIFERATION DES ARMES A FEU EN MARTINIQUE

QUESTIONS SUR LA PROLIFéRATION DES ARMES A FEU EN MARTINIQUE

   France-Antilles du 4/10/10 nous livre une information proprement ahurissante : Des centaines d’armes à feu saisies  en 2004 chez l’armurier bien connu Clément Vadius, exerçant depuis des dizaines d’années sans agrément de la préfecture, auraient été provisoirement stockées dans un fourgon stationné devant le commissariat. «C’est là qu’elles auraient disparu lorsque les policiers ont voulu les récupérer par la suite» !!! On croit rêver.

    On se rappelle de la une de FA qui en 2004, révélait l’existence d’une fabrique clandestine d’armes de guerre en plein centre-ville, lors même qu’elle figurait  sur l’annuaire tout comme sur la toile ! Elle avait même gagné une belle clientèle parmi laquelle gendarmes policiers et notables n’étaient pas rares.

   On s’interroge d’abord sur l’étrange procédure de saisie «légale» consistant à entasser les monceaux d’armes à feu (appartenant soit à Vadius lui-même, soit à ses nombreux clients) dans des sacs, sans aucun inventaire, sans relever les numéros de série ni même les marques, puis à les jeter dans un fourgon comme de vulgaires patates pour ensuite les transporter vers une destination autre que le fameux dépôt du palais de justice.

   Que ces quelques 800 armes ! (selon les chiffres non contestés de Vadius) aient été par la suite laissées dans un fourgon, pas dans la cour de l’Hôtel de police - où la sécurité devrait en principe être garantie - mais carrément sur la voie publique, voilà qui est franchement stupéfiant sinon hautement suspect et bien éloigné des fameuses chambres fortes du tribunal où l’on ne voit que coutelas et faucilles !

    Questions : Comment la police n’est-elle pas capable de remonter la filière du trafic d’armes dans un cas aussi massif de vol ? Qui savait que le fourgon de la police contenait des armes ? Qui était de garde? Que font la police des polices et le parquet face à ces criminels manquements ?

   En tout état de cause, et sauf erreur, la hiérarchie policière ne fait rien pour clarifier les choses puisqu’elle prétend, avec vidéo télévisée à l’appui, que les armes saisies sont détruites par explosion sous la responsabilité du 3ème RIMA. Des quantités d’aciers spéciaux sont mystérieusement transformées en une poignée de résidus informes. Or, toujours selon FA citant la greffière en chef, «cela fait cinq ans qu’il n’y en a pas eu…».!!!

   Une chose paraît sûre, les armes saisies, représentant un impressionnant arsenal et une belle fortune, n’ont été ni détruites par l’armée, ni perdues pour tout le monde. C'est dire que, pour un oui ou pour un nom, la poudre n'a pas fini de parler à tous les coins de rue.

                                                                                                                                                                           C.Thamer

 

2 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Commentaires (2)

1. Gary 10/01/2012

Hi, the information is so wonderful, replica air king
I am interested in it. I will pay attention to your articles.

2. Irressysisy (site web) 22/10/2012

vmuj <a href=http://chaussuresloubutinnmagasinn.webnode.fr/>chaussures louboutin</a> coqvv <a href=http://abrcromsxfithmagasinns.webnode.fr/>abercrombie france</a> jojtz http://abrcromsxfithmagasinns.webnode.fr/ o r i jf

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau